iProspect Logo
mobilis in mobili
#Marketing digital #Tendances

Mobilis In Mobili

Rédigé à l’origine par l’auteur français Jules Verne comme le mot d’ordre du sous-marin Nautilus dans Vingt Mille Lieues sous les mers, il décrit parfaitement le défi central auquel sont confrontés les marques et les marketeurs dans l’environnement mouvant d’aujourd’hui.

Selon les Nations Unies, huit personnes sur dix dans les régions les plus développées et six sur dix dans les régions les moins développées devraient vivre dans des villes en 2030. Cette urbanisation croissante facilitera l’accès des masses à Internet : d’ici là, trois personnes sur quatre disposeront d’une connectivité mobile et six sur dix d’un accès haut débit. Non seulement davantage de personnes seront connectées, mais elles auront également accès à de meilleurs réseaux (avec l’arrivée de la 5G et les travaux exploratoires sur la 6G).

Cet environnement plus urbain et plus mobile propulsera l’émergence de nouveaux modes de vie et influencera également la manière dont les gens interagissent avec les actualités, le divertissement et les marques. Comment les marques peuvent-elles tirer le meilleur parti de comportements d’achat de plus en plus mobiles ? Les marketeurs pourront-ils suivre l’explosion des points de contact ?

Dans des contextes plus connectés et urbains, les appareils mobiles vont évidemment prendre une place de plus en plus importante : ils seront utilisés pour se déplacer, effectuer des paiements, se divertir, suivre l’actualité, contrôler à distance son domicile, et bien plus encore. Aucun autre écran ne sera aussi polyvalent que le mobile, et les expériences utilisateur devront tirer le meilleur parti de ses opportunités (ex. : une forte interactivité) et de ses contraintes (ex. : une attention partielle continue). Avec l’accélération du progrès technique et une plus grande maturité des marques dans les services qu’elles proposent, l’orientation utilisateur devrait vraiment prendre vie au cours des prochaines années avec l’utilisation réelle de la réalité augmentée ou encore les Applications Web Progressives, un modèle hybride entre une application mobile et une page web (ex : WeChat en Chine).

La recherche vocale et visuelle est aujourd’hui pleinement fonctionnelle. Cette combinaison de simplicité et d’efficacité fera de la recherche vocale et visuelle le moyen préféré des utilisateurs pour interagir avec la technologie au cours des prochaines années de fait d’une recherche plus naturelle. Pour saisir cette opportunité, les marketeurs doivent impérativement s’assurer que leur contenu est bien organisé, améliorer l’accessibilité à ces derniers, optimiser les usages mobiles et développer des applications vocales.

Les marketeurs doivent également exploiter pleinement le potentiel de la géolocalisation. Même si la plupart comprend que le ciblage via la localisation a le potentiel d’aider les utilisateurs dans le bon contexte, beaucoup sont loin d’utiliser ce ciblage de façon optimale. Il faut dépasser le ciblage des clients sur la seule localisation pour combiner plusieurs points de données et maximiser la pertinence et la valeur pour le client. Le changement d’attitude et de législation concernant les données personnelles n’empêchent pas forcément les marques d’utiliser les données de localisation pour fournir des expériences utilisateur positives.

Le nombre de personnes et d’appareils connectés à Internet étant voué à exploser au cours des dix prochaines années, le volume des interactions avec les consommateurs tendra à croître de manière exponentielle. Alors que les marketeurs se demandent légitimement comment ils vont pouvoir suivre, ils se tournent de plus en plus vers la technologie pour obtenir des réponses. Toutefois, cela s’accompagne de ses propres défis : selon l’enquête iProspect Global Client Survey 2019, les défis les plus difficiles pour les marketeurs sont la gestion efficace de volumes de données élevés (27% des répondants) et la compréhension de l’impact de l’intelligence artificielle ou du Machine Learning sur leurs stratégies (20%).

Les deux attentes principales des marketeurs autour du Machine Learning sont une amélioration des flux de travail grâce à une automatisation des tâches à faible valeur ajoutée et une meilleure extraction et traitement des données afin de fournir une personnalisation à grande échelle.

A noter qu’au fur et à mesure, le rôle du marketeur est voué à se transformer et ces derniers devront acquérir de nouvelles compétences ou les renforcer, en particulier sur trois domaines : les compétences humaines, le sens des affaires et les compétences technologiques.

 


L’ensemble de nos experts se tiennent à votre disposition pour vous accompagner sur l’ensemble de ces problématiques. Contactez-nous dès à présent : marketing.france@iprospect.com

CET ARTICLE EST EXTRAIT DU RAPPORT FUTURE FOCUS 2020. TÉLÉCHARGEZ-LE SUR CE LIEN POUR OBTENIR DES ENSEIGNEMENTS CLÉS POUR RÉUSSIR VOTRE TRANSFORMATION DIGITALE.