iProspect Logo
#Nouveautés du secteur #Réseaux Sociaux #Marketing digital

Comment le COVID-19 a été en réalité un accélérateur de la digitalisation de notre société ?

Comme le disait Socrate, « Ce qui fait l'homme, c'est sa grande faculté d'adaptation »et c’est dire à quel point cette crise pandémique a bouleversé notre approche de la vie à l’échelle individuelle comme à l’échelle collective. Que ce soit la fermeture des commerces « non essentiels » ou encore le confinement, Il est clair que notre capacité d’adaptation n’a jamais été aussi mise à l’épreuve que depuis cette crise. En effet, pour une grande partie des Français, le télétravail ou encore les cours à distance sont désormais devenus la norme. Nous pouvons également remarquer sur le plan du divertissement une surconsommation des jeux vidéo MMO (Fortnite, etc) ou encore le e-sport. Sans oublier au quotidien, une adoption quasi-totale des courses en ligne (drive, livraison à domicile).

Dans cet article, nous verrons comment cette pandémie a impacté nos usages numériques et plus précisément le e-commerce en France. Nous verrons également comment certaines entreprises ont tiré leur épingle du jeu dans ce contexte et comment.

 

VERS DES USAGES PLUS NUMERIQUES ?

Le confinement nous conduit à nous interroger sur le monde d’après. Mais le monde d’après n’est-il pas finalement le monde d’aujourd’hui ? C’est ce qu’a analysé We Are Social au travers de leur dernier « digital report » qui démontre une forte adoption d’internet (+7,1% d’internaute YoY) et un pic d’activité numérique sur l’ensemble des appareils. Il est clair que nos vies n’ont jamais été aussi connectées. Et c’est une aubaine pour plusieurs secteurs qui ont su profiter de ce contexte. Parmi eux :

Le divertissement (streaming vidéo & audio, gaming)

La fermeture des salles de cinéma, le commerce au ralenti ou encore les offres des acteurs de VOD (lancement Disney +, gratuité Canal+, etc.) sont tant de facteurs qui ont profité aux plateformes de streaming. C’est d’ailleurs plus de la moitié des internautes (54%) qui ont déclarés utiliser davantage ces services de streaming.

Une tendance qui semble se confirmer en France si l’on croit le récent baromètre d’Hadopi qui révèle que 46% des internautes français déclarent accéder à un abonnement payant VOD pendant la période de confinement.

Parmi ces grands gagnants, nous pouvons citer :

  • Netflix qui annonce +15,8M de nouveaux abonnés sur Q1 et une capitalisation boursière qui dépasse les 194M€.
  • Disney+ lancée en Avril qui comptabilise en quelques semaines déjà 15,8M de téléchargements et 17M€ de revenu.

Les réseaux sociaux

A l’instar de Mark Zuckerberg qui déclare que l’utilisation des services Facebook a explosé ou encore TikTok qui bat son record avec 2 milliards de téléchargements durant le confinement, c’est l’ensemble des réseaux sociaux qui ont vu leur fréquentation augmenter. Pas étonnant dans un contexte de confinement qui nous prive de contact humain…mais encore une fois l’homme a démontré toute sa capacité d’adaptation en basculant vers un mode de vie connecté.

Une tendance que semble appuyer le « digital report » de We Are Social qui révèle que le confinement a suscité une augmentation du temps passé sur les réseaux sociaux chez 47% des internautes. Messagerie, challenge, sport ou encore gaming, c’est l’ensemble des activités de notre quotidien qui sont devenues connectées laissant un bassin d’audience exponentiellement grand à animer. Cette effervescence des réseaux sociaux s’accompagne de plusieurs initiatives pertinentes de marques telles Decathlon qui s’associe à Basic-Fit pour proposer des lives de sport ou encore Orange avec sa campagne #OnResteEnsemble qui relaye à la télévision les messages de consommateurs à destination de leurs aîné(e)s.

 

 

Les influenceurs ont également suivi le mouvement avec des initiatives à saluer telles que Cyril Lignac qui propose ses recettes de cuisines ou encore l’initiative d’un collectif d’influenceurs visant à aider les parents dans l’école à la maison grâce à la chaine YouTube temporaire « apprendre à la maison ».

L’e-commerce

Les utilisateurs étant de plus en plus connectés, il est naturel que l’e-commerce ait suivi la même tendance. 47% des internautes interrogés par We Are Social déclarent avoir passé plus de temps à effectuer des achats en ligne ces dernières semaines. Bien que le secteur du tourisme ait connu une chute libre en termes de volume de transaction durant cette crise (-92% sur la semaine du 8 au 15 avril vs la moyenne hebdo pré-covid), d’autres secteurs comme la grande distribution (+251% de visites et +76% de transactions) ou encore le matériel informatique et fourniture de bureau.

Plusieurs entreprises ont su s’adapter à ces nouveaux modes de consommation et tirer leur épingle du jeu. Parmi les grands gagnants nous pouvons citer :

  • Amazon qui a fait face à une explosion des demandes et a vu son action augmenter de +5,3% pour atteindre une valorisation record.
  • Chipotle qui a proposé la continuité de ses services via la commande en ligne et livraison à domicile. Une digitalisation qui a permis à l’entreprise d’augmenter ses ventes en ligne de 80,8% et d’augmenter par la même occasion de 5% sa valeur boursière.

 

EN CONCLUSION

Le Covid-19 représente indéniablement un accélérateur de la digitalisation de notre société dans le cadre professionnel (télétravail, méthodes de management) et personnel (divertissement, consommation, etc). Une digitalisation des comportements qui devraient s’accentuer dans les années à venir étant donné la simplicité, la liberté et la personnalisation que nous offre le numérique. On peut maintenant s’ouvrir au monde, accéder à une multitude de contenu ou encore travailler tout en restant chez soi… Des avantages qui sont fondamentaux dans un monde où notre temps devient de plus en plus précieux, nos besoins de liberté exacerbés et notre attention de plus en plus rare. Une récente étude menée par Kantar et Detail online nous révèle d’ailleurs que 80% des personnes affirment qu'elles recommenceront à effectuer des achats dits "non-essentiels" en ligne en 2020.

En conclusion, le COVID-19 a fait de l’homme de demain l’homme d’aujourd’hui, créant une opportunité business supplémentaire pour les marques. Reste maintenant une question : Comment les marques s’adapteront-elle à ce nouveau comportement 3.0 ?