Référencement Naturel / SEO

ASO (App Store Optimization) : Les 4 différences fondamentales entre l’Apple Store et Google Play

« Les comparaisons ne sont pas des raisons; mais, pour persuader, elles valent souvent mieux. »

Auguste Detoeuf 

Article co-écrit avec Nicolas Vivies

Peu après le lancement des deux apps store en 2009, le terme  App Store Optimisation (ASO) a été inventé et il est progressivement devenu une pratique courante comme SEO. En tant que technique, l’ASO désigne dans une large mesure les techniques d’optimisation visant à obtenir une bonne visibilité ou place sur les différents stores d’applications mobiles.

Il est important d’optimiser les applications car il a été observé selon une récente étude que les  internautes passeraient 86% de leur temps sur des applications et donc seulement 14% sur leurs navigateurs mobiles.

Bien qu'il y ait encore quelques incertitudes sur la façon dont les algorithmes fonctionnent, Google et Apple en ont déjà révélé beaucoup via leurs différentes mises à jour.

Les deux algorithmes d’Apple et de Google sont clairement en train de changer au fil du temps et ils donnent du poids à des facteurs différents. Dans la suite de notre article, nous allons examiner les principales différences entre Apple App Store et Google Play en matière d'ASO.

Le titre de l’application

Le titre est un des éléments les plus importants de l’application. Il doit non seulement être un élément de réassurance pour l’utilisateur mais aussi un élément de pertinence entre la requête de l’utilisateur et l’application.

  • Google Play permet un titre de 30 caractères, ce qui limite grandement les possibilités d’optimisation. En général on travaillera sur le nom de l’application avec un mot clé utilisé pour la pertinence.
  • Apple de son côté  est passé à 50 caractères au lieu de 255. Cela permet de conserver une stratégie de pertinence plutôt que de tenter de la sur-optimisation. Ici aussi le nom de l’application est évidemment obligatoire mais les 50 caractères laissent la possibilité d’intégrer une courte description contextuelle plutôt qu’un mot clé.

Les mots clés et la description

Il s’agit du critère principal de différenciation entre l’App Store et Google Play.

Google Play ne permet pas d’entrer de mots clés mais par contre fait entrer le texte du descriptif de l’application comme critère de référencement. Comme pour le référencement du page web (SEO), la diffusion des mots clés doit être réalisée avec pertinence et parcimonie. Elle doit être au service de l’utilisateur car servira aussi de support au téléchargement de l’application.

L’App Store autorise un champ de 100 caractères pour les mots clés et fait partie des critères de ranking les plus importants d’Apple, de ce fait il est très important d’optimiser au maximum  ce dernier en évitant les doublons et en respectant la nomenclature imposée. Sa description est uniquement au service de l’utilisateur et donc n’est pas un critère de classement reconnu chez Apple.

Les facteurs externes

Si Google prend en compte les liens issus du web ou d’une autre application (voir le deep linking par Android), ce n’est pas le cas d’Apple. Cependant il est à considérer les facteurs d’installations/désinstallation qui sont assez différentes chez les deux stores.

Google Play prend (en plus du nombre d’installations) en compte le critère du nombre de désinstallations comme critère de ranking a contrario d’Apple. Une explication serait qu’à cause de la fragmentation (nombreux appareils différents) sur Android mais aussi de la piètre qualité de certaines applications, il est difficile de trouver une bonne application directement sur Android.

Sur l’Apple App Store, la différentiation se situe sur le fait que ce dernier ne prend en compte uniquement le nombre de téléchargements.

L’importance de la médiatisation de l’application

Comme vu précédemment, le nombre d’utilisateurs est l’un des critères clés pris en compte dans l’ASO. Il est donc important pour les annonceurs/agences de coupler leurs stratégies de store optimization avec les différentes techniques de promotions d’applications.

Google a clairement pris le lead avec sa gamme de produits Adwords permettant aussi bien la promotion des applications sur Android que celles présentes sur l’Apple Store. La différenciation se fait principalement sur l’accessibilité aux fonctionnalités avancées liées à l’activité in app.

En effet, les technologies Google (Analytics, Play, Firebase…) communiquent nativement entre elles et permettent un accès plus facile au suivi des téléchargements, aux informations d’actions/ventes in app et remarketing via les liens profonds.

Cependant Apple rattrape de plus en plus son retard avec l’ouverture à des formats innovants comme les universal app campaign pour les applications iOS (Voir notre billet de blog sur le sujet https://www.iprospect.com/fr/fr/le-blog/universal-app/),  le suivi de des actions réalisées via des outils tiers d’applications analytics (Tune, Appflyers, Adjust pour les plus connus) ou prochainement le lancement de sa propre plate-forme de liens sponsorisés sur l’Apple Store prévu cette automne.