Obtenez le meilleur
d'iProspect dans votre
boîte courriel!

Inscrivez-vous à notre infolettre mensuelle :

Pas aujourd'hui / Je suis déjà inscrit

Médias sociaux

Publicité sur les médias sociaux : notre liste de voeux pour 2016

2015 a été une année intéressante pour la publicité sur les médias sociaux grâce à de nombreuses avancées de la part des acteurs de l’industrie. Un des changements les plus importants a été l’avènement de la publicité sur Instagram et son intégration progressive dans les stratégies de promotion sur les médias sociaux.  À l’approche des fêtes, il est temps de faire une liste de tout ce qu’on voudrait voir se réaliser pour 2016:

Twitter Ad Center

Les publicités Twitter ont eu une belle année 2015 avec l’introduction de nouvelles cartes dynamiques qui ont amélioré l’expérience utilisateur, et le lancement d’un modèle de coût plus juste pour les publicités vidéo. Pour 2016, un de nos principaux vœux est que Twitter dote les publicitaires d’un Ad Center, similaire à ceux de Facebook et de Google MCC.

Un centre publicitaire a de nombreux avantages. Premièrement, il permettrait aux clients d’obtenir un niveau de protection plus élevé pour leurs comptes en créant différents types d’accès. Deuxièmement, un journal d’activité permettrait de garder une trace de toutes les actions réalisées sur le compte, ce qui aiderait les annonceurs à répondre à l’éternelle question « Qui a mis ma campagne en pause? ».

Enfin, bien que l’argument soit subjectif, un Ad Center donne une image beaucoup plus professionnelle. Il montre que la publicité est une réelle stratégie de la plateforme, et non un simple service additionnel.

Twitter – Des données sur la portée 

Ce vœu est sur notre liste depuis quelques temps. À l’heure actuelle, Twitter ne fournit pas de données sur la portée des publicités. En d’autres termes, vous ne pouvez pas connaître le nombre d’internautes qui ont visualisé vos publicités. À la place, Twitter fournit le nombre d’impressions. Cela signifie que l’engagement est calculé en fonction du nombre de fois où vos publicités ont été affichées plutôt que du nombre de personnes qui ont réellement vu vos publicités. Ces mesures ne sont pas erronées. Cependant, il serait plus pertinent de mesurer l’engagement en fonction du nombre d’utilisateurs plutôt que des impressions. Cela s’explique en partie par le fait que les utilisateurs accèdent souvent à Twitter, mais n’interagissent pas forcément avec le contenu. Des données sur la portée permettraient aux annonceurs de connaître le nombre d’utilisateurs qui sont entrés en interaction avec leur contenu, ce qui est une mesure plus pertinente.

Facebook – Des données segmentées 

Une des options qui fait défaut aux publicités Facebook est la possibilité d’obtenir des données détaillées sur chacun des critères de l’audience ciblée. Pour obtenir ces données, les annonceurs doivent traiter chaque intérêt dans un ensemble de publicités séparé. Cela peut devenir fastidieux, dépendamment du nombre d’intérêts qui composent votre audience cible.

Prenons pour exemple la situation suivante : vous avez deux publicités à promouvoir et vous cherchez à atteindre des internautes qui sont intéressés par vos compétiteurs ainsi que d’autres choses reliées à un mode de vie spécifique. En temps normal, les publicitaires créeraient deux ensembles de publicités : un pour les compétiteurs, et un pour le mode de vie spécifique. Allons un peu plus loin. Imaginez que vous avez 8 compétiteurs directs et que vous souhaitez connaître la performance de votre contenu pour chacun de ces segments. Pour chacune des deux annonces, vous devez alors créer 9 ensembles de publicités (un pour chaque compétiteur et un pour le mode de vie), nous amenant à 18 annonces au total.

Gardez à l’esprit que si des utilisateurs ayant un intérêt X n’interagissent pas avec une publication, cela ne signifie pas qu’ils n’interagiront pas avec une autre pièce de contenu. De plus, il est fortement probable que vous fassiez rouler plus d’une campagne à la fois. Votre analyse, votre optimisation et votre gestion des campagnes peuvent alors rapidement devenir un cauchemar.

Facebook devrait prendre exemple sur Twitter. En effet, lorsque vous créez vos campagnes, Twitter vous fournit des données pour chaque segment, intérêt et mot-clé ajouté à votre audience cible. De cette façon, vous pouvez simplement supprimer les annonces qui performent le moins bien. Avec Twitter, il est beaucoup plus simple d’obtenir des données détaillées.

Facebook – Budgets par défaut

Sur Facebook, les budgets sont déterminés au niveau de l’ensemble de publicités, ce qui vous permet d’attribuer différents montants aux différentes audiences au sein d’une même campagne. Cela est une manière efficace de créer des campagnes. Cependant, par défaut, le budget est quoditien et non sur la durée totale de la campagne. La plupart des gestionnaires de campagnes ont donc déjà vécu la situation suivante : 

Comme d’habitude, vous passez une journée intense. Vous créez une campagne Facebook d’une semaine et vous oubliez de passer le budget de quotidien à « sur la durée de la campagne ». En d’autres termes, votre budget de la semaine va être dépensé en un jour. Réaliser que son budget de campagne a été dépassé à cause d’une erreur d’inattention est un sentiment qu’aucun annonceur ne devrait expérimenter.

En attendant ces changements, assurez-vous que votre budget maximal soit toujours fixé de telle manière que, même si vous oubliez de passer le budget de quotidien à « sur la durée de la campagne », vous ne dépasserez pas votre budget global.

Tendances sponsorisées sur Facebook

Les tendances sponsorisées sur Twitter, ou « Promoted Trends » sont d’une grande utilité pour les annonceurs. Utilisée correctement, une tendance crée une conversation mais vous permet également de mesurer le niveau de notoriété de votre marque.

Facebook a mis ces tendances à disposition sur son interface utilisateur et est allé une étape plus loin en les segmentant par catégorie. Donner aux marques la chance de s’assurer une place dans cet espace peut les aider à atteindre un haut niveau de présence dans l’esprit des consommateurs. 

Cette liste de vœux pourrait s’allonger indéfiniment, étant donné l’engouement que les médias sociaux génèrent parmi les publicitaires.
Ce qui est certain, c’est que l’année 2016 promet d’être chargée en nouveautés et en rebondissements.

comments powered by Disqus