SEO

Google scinde son index en deux versions et priorisera le mobile

C’est en 2015 que Google a officiellement commencé à prioriser les sites web optimisés pour le mobile à travers son moteur de recherche, en annonçant que la convivialité mobile serait dorénavant prise en considération par son algorithme. Google tente maintenant d’aller encore plus loin dans cette avenue, avec un plan de créer un index uniquement destiné au contenu optimisé sur mobile. Tout cela dans l’optique de créer un index réservé seulement au mobile, plutôt qu’un index partagé entre mobile et «desktop». C’est Gary Illyes, analyste des tendances web chez Google, qui a rendu la nouvelle publique lors de la conférence Pubcon qui a eu lieu à la mi-octobre. Un index de classement dédié au mobile sera ainsi créé, devenant éventuellement le principal algorithme de réponses à toutes les requêtes de recherche sur mobile. Bien que Illyes n’est pas mentionné la date précise du lancement, il a tout de même laissé entendre qu’il aurait sûrement lieu d’ici quelques mois. L’algorithme de recherche par ordinateur continuera d’exister, bien évidemment, mais ne sera pas mis à jour aussi souvent que celui mis en place explicitement pour le mobile. 

Sachant que la consommation de médias sur mobile dépassant la consommation via les ordinateurs,  cette annonce par Illyes n’est pas une grande surprise. Malgré que peu de détails aient été divulgués concernant le fonctionnement de ce nouvel algorithme de recherche, Google a tout de même introduit la nature de plusieurs facteurs qui vont avoir un impact sur le positionnement et le classement dans le moteur de recherche mobile. L’entreprise veut ainsi que ses utilisateurs soient mieux préparés à l’introduction d’un monde Google à deux algorithmes distincts. 

De convivialité mobile à priorité mobile

Construire un site web adaptatif au mobile est dorénavant considéré comme le strict minimum en matière d’optimisation. À partir d’aujourd’hui, les entreprises qui n’offrent toujours pas une expérience mobile complète et cohérente avec leur site sont donc officiellement à la traîne. Lorsque l’index prendra finalement effet, les marques qui n’auront jamais optimisé leur expérience mobile vont regretter de ne pas avoir misé sur une approche plus mobile. C’est maintenant le temps pour elles, mais aussi pour toutes les autres, de réorganiser leur budget numérique afin d’optimiser la recherche selon deux algorithmes de classement différents. 

Voici donc une liste des éléments essentiels à avoir pour livrer une bonne expérience de recherche aux utilisateurs mobile (ce n’est toutefois pas une liste exhaustive):

  • des données structurées bien organisées;
  • une vitesse de téléchargement des pages rapide (1 à 2 secondes maximum);
  • une analyse mobile UX;
  • un code d’accélération de page mobile (Google AMP);
  • des applications web progressives et des liens en profondeur (deeplinking).

Chacun de ces éléments faciliteront le façonnement de ce nouveau paysage de résultats en recherche mobile ainsi que la création de nouveaux standards en termes d’efforts d’optimisation sur mobile. La question se pose alors: autour de quoi s'articuleront ces nouveaux standards?

Une stratégie de contenu

La recherche sur mobile repose en grande partie sur la première position organique dans les moteurs de recherche et la pertinence du contenu d’un site web est l’élément clé à l’attribution de cette position. La demande en matière de pertinence a d’ailleurs augmenté, non seulement en raison de l’utilisation mobile qui augmente elle aussi, mais également à cause de la volonté réduite des utilisateurs à faire défiler plusieurs pages avant de trouver l’information qu’ils recherchent. Bref, les utilisateurs choisissent généralement de faire confiance à la pertinence du premier lien qui est mis de l’avant par Google lors de leurs requêtes. Pour augmenter la pertinence de leur contenu, il faut donc que les entreprises adoptent à la fois une stratégie de création de contenu solide sur le web, mais aussi qu’elles se servent efficacement de l’évolution constante des technologies, dans le but d’offrir la meilleure expérience mobile qui soit pour leurs clients. Ce contenu devrait d’ailleurs être optimisé avec une emphase sur le «mobile d’abord» et non pas sur le «mobile uniquement». Ainsi, bien qu’il soit toujours important de miser sur les mots-clés très ciblés, il est également recommandé que les entreprises intègrent également des mots-clés de longue traîne (long tail keywords) afin que le contenu marketing de leur site web soit lié davantage à un contexte et donc plus adéquat aux requêtes de recherche sur mobile.

De leur côté, les données structurées représentent un outil bien connu, mais elles sont pourtant sous-utilisées par les sites web. Avec la méthode d’indexation spécifique à la recherche mobile qui s’en vient, la mise en place et l’utilisation de données structurées deviennent indispensables, car elles ajoutent du contexte à une requête et permettent à l’utilisateur d’observer un portrait plus général de ce qu’il trouvera en cliquant sur un lien de site web. Des avis sur les produits aux dates d’événements, en passant par les images en carrousel qui se situent en haut des résultats de recherche, l’ajout de contexte à du contenu visuel déjà riche est un levier important pour l’augmentation de la pertinence d’un site et pour l’amélioration de sa visibilité naturelle dans les moteurs de recherche.

En février 2016, Google a également lancé son projet AMP (Accelerated Mobile Pages) pour accélérer la vitesse de chargement des pages sur les appareils mobiles, en chargeant le contenu de ces pages de manière instantanée partout. De façon similaire aux données structurées, AMP peut être mis en place grâce à des balises spécifiques à Google et permet également de donner du contexte au contenu. Les premiers à avoir adopté AMP en constatent déjà les bénéfices: accélération de la vitesse de chargement des pages, hausse des taux d’engagement sur leur site web, diminution du taux de rebond et indexation instantanée dans les résultats de recherche Google News.

Enfin, les applications web progressives gagnent peu à peu du terrain dans l’univers du développement, créant par le fait même une certaine parité entre le web mobile et les applications natives. Ces applications web permettent effectivement à l’utilisateur de vivre une expérience qui ressemble à celle offerte par les applications installées directement sur des appareils mobiles, sans que celui-ci ait à quitter le navigateur mobile. Elles sont aussi pratiques, car elles facilitent le chargement du site web sans aucune restriction par rapport aux données, ce qui entraîne donc une expérience mobile plus agréable et un taux d’engagement supérieur sur le site en question. Google a d’ailleurs mené une étude de cas pour connaître les effets de l’adoption d’applications web progressives, et a fortement endossé l'adoption de ce type d'applications.


Résumé

Les entreprises devraient donc se préparer dès maintenant à la transition vers l’arrivée de deux index de recherche différents, en commençant par faire une veille marketing de la convivialité mobile qu’elles offrent présentement et en s’assurant que leur contenu numérique soit prêt pour le mobile. Elles devraient ainsi profiter des nombreux outils offerts par Google tels que la vitesse accélérée du chargement des pages et les testeurs de données structurées. Sans mentionner l’importance que ces entreprises optimisent les images et les fichiers présents sur leur site et qu’elles investissent dans Google AMP pour le contenu déjà publié. 

Avant tout, il est conseillé de faire l’inventaire des tâches à réaliser et de les classer en ordre de manière à hiérarchiser ce qui peut être fait maintenant avec peu d’efforts et ce qui nécessitera davantage de planification, de ressources, ainsi qu’un soutien supplémentaire en développement. Plus rapidement une marque aura créé et exécuté un plan de transition vers le passage à deux algorithmes, meilleurs seront ses résultats de recherche dans les différents moteurs.

Cet article a originalement été écrit par Stephanie Bryce, chef SEO chez iProspect US. Maude Migué, stagiaire marketing numérique, a également contribué à l'article.

comments powered by Disqus